Nous appelions cet endroit « Fort des Corbeaux » car ce vieux fort à l'abandon était presque à la pointe des corbeaux . En fait il s’agit de la « Batterie de la Grande Conche ».

Du site personnel de Christian Chaignepain, aujourd’hui introuvable, on pouvait lire : « Tout comme le fort de Pierre-Levée, terminé en 1866, la batterie de côte, avec réduit, construite en 1860 au-dessus de la plage de la Grande Conche fait partie d'un projet global de défense de l'île élaboré dès 1848. Le réduit, construit à l'arrière de la banquette d'artillerie qui en assure le défilement, est exécuté selon un plan-type national de 1846: abri case-maté dont l'entrée est protégée par un pont-levis, et la terrasse munie d'un parapet avec bretèches qui lui donnent un aspect pseudo-médiéval ».

Il est aussi possible de trouver des renseignements sur les batteries de l’île d’Yeu sur le site Index de la fortification française de 1874 – 1914.

batterie de la Grande Conche

Mais revenons au fort des Corbeaux, cet endroit nous servait pour faire des feux de camp le soir. Bien isolé, nous ne dérangions personne, de plus avec une ou deux guitares nous ne faisions pas trop de bruit. Pourquoi un feu de camp ici ? Tout simplement parce que les feux étaient interdits en saison sur Yeu et que la fumée de la décharge toute voisine masquait notre infraction, de plus ce n’était absolument pas dangereux à cet endroit et bien mieux que de laisser du charbon de bois sur la plage.

Malgré tout ce fort nous a réservé une surprise un soir où un ami s’était isolé dans un coin pour uriner. Il est tombé dans un trou qui devait être une cave partiellement comblée. Il n’en a pas touché le fond, il s’est retenu par les bras et nous l’avons sorti de là un peu secoué !

Ce même soir, nous étions 9 dans une 4L, avec les guitares, les victuailles et les jerricanes d’eau pour éteindre le feu (siège arrière retiré sinon c’était impossible). Au retour nous nous sommes arrêtés pour prendre deux auto-stoppeuses, elles n’ont jamais voulu monter ! La belle époque …

Dans les années 90 le fort a été vendu par les Domaines à des particuliers. C’est un peu dommage d’autant que le terrain cédé interrompt le chemin qui permettait de suivre le rivage.

Depuis, la plage qui est aux pieds du fort, n'ayant plus d’accès direct, est devenue naturiste. Cela se passe sans histoire mais j’ai cru comprendre que les Gendarmes descendaient quelques fois faire rhabiller tout le monde.

YeuDuCielBatterie
La batterie et les fumées de la décharge (1985).

PhB