Pionniers de l'aviation ...

Dès le début des années 60, l'intérêt de relier l'île au continent par avion est une évidence et en 1961 (Oya Nouvelles de février 1961) la "Compagnie Frigorifique de l'Ouest" demande au conseil municipal l'autorisation d'utiliser une partie de son terrain (communal) "du Grand Mouré" pour réaliser une piste d'atterrissage. L'autorisation en est donnée sous réserve que tous les frais soient supportés par la Compagnie. La Municipalité demande un loyer d'un franc symbolique par an. Ce projet n'aura pas de suite.

Au fil du temps nous arrivons en 1968 et je voulais vous relater des faits dont j’avais la mémoire mais des souvenirs trop imprécis pour que je me permette de les publier sans quelques vérifications.

J’ai donc réussi à contacter le principal intéressé pour vérifier mes souvenirs, il s’agit de Monsieur Jean Logeais. Monsieur Logeais a été Pharmacien à l’île d’Yeu de 1959 à 1977 date à laquelle il est revenu sur Nantes pour exercer jusqu’à sa retraite. J’étais quasi certain qu’il était d’une façon ou d’une autre à l’origine du terrain d’aviation actuel.

Monsieur Logeais m’a accordé très aimablement et rapidement un rendez vous sur Nantes où nous avons passé une bonne heure ensemble à discuter de cette époque. En voici donc le récit qui sera probablement complété un peu plus tard s’il a le temps de regroupé quelques documents, articles et photos.

En 1968 Messieurs LOGEAIS et PRIET louent un terrain et réalisent une piste privée de 284 mètres située entre les Sabias et le vieux château. A cet endroit il y a aujourd’hui une petite piste pour aéromodélisme.
Le 22 juillet 1968, Monsieur GRAVIER, instructeur, est le premier à se poser sur cette piste avec un Rallye 100ch, il vient de Nantes chercher son élève Jean Logeais qui est alors le premier à en décoller le même jour.
première piste
Une piste rustique.

Et l’aventure commence …

Une Société est créée par plusieurs pilotes dont Messieurs Logeais, Priet et quelques ilais non pilotes (ou pas encore) : le « Club d’Aérotourisme de l’île d’Yeu », cette société va utiliser la même piste jusqu’en 1971 mais après plusieurs agrandissements, d’abord portée à 430 mètres puis à 550 mètres elle s’avère réellement sans avenir, principalement du fait de sa mauvaise orientation : dans l’axe du port.

On peut lire dans Oya Nouvelles en 1969 : "Il ne s'agit pas d'un terrain officiel mais tout simplement d'un terrain privé appartenant au CLUB AERO NAUTIQUE de l'Île d'Yeu, dont le conseil d'administration est composé de : Mr LOGEAIS Jean, Président - Mr VRIGNAUD Fernand, Vice-Président - et Mr PRIET Raymond, Secrétaire - Trésorier. Ce terrain qui est utilisable pour tous les actionnaires de la Société et leurs invités*, comporte une piste de 450 m roulable qui sera portée, avant la saison, à 550 m ce qui permettra d'accueillir des bi-moteurs légers d'affaires. Ce terrain est situé derrière le Ker Chauvineau, près de la route conduisant aux Sabias et se trouve dans un axe : Château d'eau d'une part et vieux château - plage des Sabias d'autre part. Il est question, pour un avenir très proche, d'apporter certains aménagements tels que implantation d'abris pour les avions et aménagements des abords. C'est une expérience privée, mais nous ne doutons pas qu'elle puisse apporter une nouvelle relance (limitée pour le moment) à l'économie islaise - et surtout c'est une porte ouverte sur de nouvelles perspectives mettant l'île d'Yeu à 20 minutes de Nantes-Château-Bougon** rompant ainsi avec l'isolement que beaucoup s'Islais ressentent."

* le propre des pistes privées est de ne pas figurer sur les cartes officielles elle ne sont ainsi accessibles qu'aux "initiés".
** aujourd'hui Nantes - Atlantique.

Je me souviens très bien avoir vu à cet endroit, au cours d’une promenade à pieds, un avion amarré au sol à côté d’un cabanon et d’une manche à air.

Déjà quelques pilotes du continent venaient à l’île d’Yeu par les airs en utilisant cette piste privée.

En 1972 le Club se déplace sur un terrain communal et crée une piste en herbe de 600 mètres orientée Nord-Ouest associée à un hangar. C’est l’origine de la piste que nous connaissons aujourd’hui.

Cette piste privée est exploitée jusqu’en 1977 et connaît un succès qui devient ingérable, en effet une piste privée n’apporte pas toutes les garanties de sécurité exigées par les autorités aériennes et ne peut accueillir des visiteurs non initiés comme une piste publique. Les responsables du Club prennent donc la sage décision de céder les installations à la Commune et à la Chambre de Commerce qui en sont encore titulaires.

Dans cette même période, Jean Logeais retourne habiter sur le continent pour suivre les études de ses enfants, il fait alors la traversée tous les jours quelque soit la météo. Pour se mettre en règle il passe son brevet IFR (vol sans visibilité).

Dans ces traversées il est accompagné de son magnifique Terre Neuve mais cela lui arrive aussi de dépanner des ilais qui ont un besoin urgent d’aller sur le continent. Certains ilais me disaient à l’époque : « y’a des soirs où on ne serait quand même pas monté avec lui, trop mauvais temps … ».

Dès 1978* La piste est réalisée en dur, portée à 800 mètres et officiellement ouverte au public. L’aéroclub est créé, dont M. Priet est Président pendant plus de 10 ans, ainsi qu’une école de pilotage menée par M. Tellier.

Air Vendee

Liaison Yeu - Orly en Do 228 tout neuf

Dans les années 80 la piste est allongée pour atteindre aujourd’hui 1230 mètres ce qui est royal pour une petite installation. Dans la même période Air Vendée désert l’île assez régulièrement, hiver comme été, mais l’exploitation n’arrive pas à survivre sans subvention. J’ai pris en 1988 un des derniers vols direct Yeu – Orly ! Une heure et quarante minutes dans le Dornier photographié ci dessus (curieusement immatriculé en Allemagne), extraordinaire !

Un grand merci à Jean Logeais pour son aide.

PhB

Complément à cet article: dans mes lectures de ce mois de juin 2011 j'ai découvert dans un livre (de Maurice ESSEUL je crois) qu'un avion s'est posé près de Ker Bossy le 2 mai 1936 ! Un magnifique biplan d'une dimension non négligeable. A son bord un homme qui prétendait ouvrir une ligne aérienne pour livrer sur Paris les produits de la mer pêchés à l'île d'Yeu. Chargé de poissons et crustacés confiés par les marins, le pilote, victime d'une panne de pompe à essence, n'a pas réussi à décoller et s'est vautré dans un bois de pins voisin. Heureusement car il s'agissait en fait d'un escroc recherché et arrêté le lendemain par les Gendarmes venus du continent. C'est probablement le premier à s'être posé sur l'île mais il n'en est pas reparti par les airs.

 Notes :

* le Conseil municipal du 27 juillet 1971 autorise la mise à l'étude d'une piste de 800 mètres située derrière le grand phare.