En 1960 ce n'était pas simple de se rendre à l'île d'Yeu !

Pour les parisiens que nous étions, se rendre à Fromentine c'était : soit la route (pas d'autoroute), soit le train jusqu'à Nantes puis le car de Nantes à Fromentine. Avant l'invention du TGV, il fallait compter la journée entière et bien remplie.

Ensuite commençait l'épreuve de l'embarquement et de la traversée !

embarquement Fromentine

L'embarquement se passait dans une joyeuse pagaille, les voitures et les passagers au milieu des bagages, caisses de bouteilles et autres marchandises qui embarquaient sur l'Amiral Joinville. Pourtant tout finissait par arriver à bord.

Ah ! L'Amiral Joinville, ce bateau roulait même par beau temps, une bonne moitié des passagers était malade à chaque traversée. C'était un ancien dragueur de mines reconverti pour désservir Yeu.

amiral Joinville

Insula Oya

En saison ou pendant ses périodes d'indisponibilité, l'Amiral Joinville était secondé par l'Insula Oya (premier du nom), bateau plus ancien mais plus confortable, cepencant beaucoup plus petit. Voir l'historique des bateaux desservant Yeu sur le site de la Régie.

Revenons à l'embarcadaire, les centres d'intérêt de cette jolie pagaille sont d'un côté le guichet de la régie et de l'autre le magasin où étaient abritées les marchandises.

embarcadaire île d'Yeu
Embarcadère Fromentine (photo MB)

magasin de la régie
Magasin de la régie (photo MB)

Sur la photo ci dessus, derrière le cabanon de la Régie, on distingue un petit bateau qui faisait le passage, en quelques minutes, de Fromentine à la Fosse (Noirmoutier), il arrivait même à embarquer une Renault 4 chevaux. Avant la construction du pont, cela évitait le passage du Gois qui pour certains représentait un grand détour sans compter l'attente de la marée basse. Une autre photo de ce bateau ci dessous.

1961 Yeu 113

Les voitures pour Yeu étaient embarquées en les soulevant à l'aide de filets glissés sous les essieux. La DS étant équipée d'aile recouvrant les roues arrières, il y avait un risque évident de les plier au cours de l'opération. Heureusement, ces ailes se retiraient à l'aide d'un simple boulon, aussi nous les mettions sur les sièges arrière pour la traversée. C'est ce que l'on voit sur la photo ci dessous à droite.

Attente à l'embarquement
Attente à l'embarquement (photo MB)
La DS dans les airs
La DS dans les airs (photo MB)

Tout ce chargement, réalisé principalement à la main, prenait du temps et le bateau partait très souvent en retard au risque de s'échouer en arrivant à Port Joinville les jours de petites marées (c'est arrivé, je ne l'ai jamais vu).

Environ une heure et demi de traversée et nous étions enfin à l'île d'Yeu ...

PhB